Non catégorisé

Indications du finasteride chez l'homme

1. Qu'est-ce que le finastéride ?

C'est un inhibiteur puissant d'une enzyme la 5 alpha réductase de type 2, responsable de la transformation de la testostérone en dihydrotestostérone ou DHT. L'excès de DHT au niveau du bulbe capillaire provoquerait la chute des cheveux. En revanche, le finastéride n'a aucune action sur les hormones masculine (testostérone), féminines (prolactine, estradiol) et thyroïdienne. Il peut donc être préconisé dans le traitement des calvities masculines.

2. Quelle est l'action du finastéride ?

En inhibant la 5 alpha réductase de type 2, le finastéride empêche la transformation de la testostérone en DHT. Ceci provoque une diminution importante du taux circulant de la DHT et donc un arrêt de la chute avec une repousse visible chez 66% des patients atteints d'alopécie androgénétique masculine.

3. Quelle efficacité peut-on obtenir avec le finastéride ?

Afin de déterminer l'efficacité du finastéride dans l'alopécie masculine, une étude standardisée en double aveugle a été conduite sur 1 879 hommes ayant une AAG du vertex à des stades évolués. Les résultats obtenus ont montré, qu'après 12 mois de traitement et à la dose de 1 mg/jour de Finastéride per os, une augmentation des cheveux au comptage et une amélioration du pouvoir couvrant aussi bien sur la ligne frontale que sur le vertex visible sur les photographies.
Au terme de 24 mois de traitement, l'auto-évaluation du patient (à travers un questionnaire) ainsi que l'évaluation du comptage des cheveux (sur des agrandissements de photos de l'ensemble de la chevelure), ont permis d'objectiver une augmentation de la repousse capillaire dans 66% des cas, contre 7% dans l'étude placebo.
Cette nette amélioration se voit aussi bien sur la ligne frontale que sur le vertex.
L'augmentation du nombre de cheveux par rapport au placebo était constante : une différence positive de 107 cheveux à 1 an (p<0.001) et de 138 cheveux à 2 ans, dans un cercle de 5,1 cm² de diamètre. Par contre sous placebo, la chute progressive des cheveux a persisté. Chez l'homme, ce traitement doit être prescrit à vie si l'on désire maintenir les effets positifs obtenus par le finastéride.

4. Comment le finastéride est-il prescrit ?

Il est prescrit chez l'homme à la dose de 1 mg/j pendant au moins 12 à 24 mois.

5. Les effets indésirables du finastéride quoique minimes sont-ils réversibles ?

Les effets secondaires du finastéride sont minimes et considérés comme étant peut-être dus, probablement ou sûrement liés au médicament 1,4% des malades traités par finastéride ont interrompu le traitement à cause des effets secondaires contre 1,6% sous placebo. Ceux-ci incluent une diminution de la libido (1,9%), une dysfonction érectile (1,4%) et une réelle diminution du volume de l'éjaculât (2,8%). Tous ces effets secondaires disparaissent spontanément chez tous les patients après l'arrêt du traitement.

6. Peut-on prescrire le finastéride aux femmes ?

Ce médicament est absolument contre-indiqué chez la femme enceinte à cause de son effet tératogénique potentiel et qu'il peut altérer la virilisation du fœtus mâle. De plus, la prescription de finastéride, dans un essai clinique, pendant un an chez la femme ménopausée atteinte d'alopécie androgénétique, n'a pas montré d'efficacité.

7. Peut-on combiner le minoxidil 5% lotion et le finastéride ?

Des travaux sur deux ans nous ont permis de vérifier la qualité des résultats obtenus en combinant chez l'homme la transplantation de microgreffes et l'application de minoxidil 5% (Alostil 5 %) à la prise de finastéride 1 mg (Propécia). Chronologiquement, il a été constaté une stabilisation de la chute vers la 4ème - 6ème semaine (probablement due au minoxidil), une émergence visible des cheveux dès le 3ème mois et une qualité esthétiquement satisfaisante de la repousse aux 6ème - 9ème mois, vraisemblablement due au finastéride.

Autrement dit, il semblerait que le minoxidil stimule précocement des cheveux qui restent fins et plus longs. Le finastéride d'action plus lente provoque une repousse plus couvrante de cheveux longs et plus épais, enfin les microgreffes apportent des cheveux définitifs.

Comment se faire implanter des cheveux sur Paris, combien coûtent les implants capillaires
microgreffe cheveux paris, implant cheveux paris,
microgreffe capillaire paris, implant capillaire paris

Utilité de la lotion au minoxidil

1. Qu'est-ce que la lotion au minoxidil ?

Le minoxidil est un dilatateur des vaisseaux sanguins, utilisé localement à de faibles concentrations (2 % chez la femme et 5 % chez l'homme) indétectables donc sans effet sur la tension artérielle. En application bi quotidienne de minoxidil à 2 %, après 6 à 12 mois de traitement, on observe chez 30 à 40 % des patients une repousse cosmétologiquement satisfaisante.

2. Quelle est l'action du minoxidil ?

L'action de ce médicament se ferait au niveau de la circulation du cuir chevelu. Les résultats de certaines études suggèrent également que le minoxidil agirait aussi directement sur la division cellulaire.

3. Quel est le moment le plus propice pour débuter un traitement par minoxidil ?

Ce produit paraît intéressant par son aspect préventif. Son action est beaucoup plus importante au début de l'apparition du dégarnissement. Il est inutile de traiter les patients qui ont déjà une calvitie stabilisée depuis plus de cinq ans. Le minoxidil n'est de toutes façons prescrit que si les examens spécifiques sont anormaux. Le traitement d'un sujet dont la chute de cheveux est normale, mais à présomption héréditaire, ne se justifie pas.

4. Comment le minoxidil est-il prescrit ?

Les modalités de prescription sont variables d'un patient à l'autre, en fonction des résultats et selon les périodes de l'année. Si les résultats s'avèrent insuffisants, les doses peuvent être augmentées progressivement sous contrôle médical. Par ailleurs, les variations saisonnières des chutes de cheveux sont bien connues. Elles sont habituellement accentuées au printemps et en automne. Il est donc logique de conserver une dose efficace dans les deux mois qui précèdent ces périodes et de réduire les doses pendant les autres moments de l'année.

5. Ce traitement au minoxidil est-il sans danger ?

Le minoxidil, aujourd'hui utilisé par des millions de personnes, doit toujours être prescrit par un médecin. Il est dans la plupart des cas bien toléré, mais parfois à l'origine de troubles gênants : démangeaisons transitoires au niveau du cuir chevelu, plus rarement démangeaisons sur tout le corps, 'inflammation' de la peau par irritation (facilement corrigée avec des lotions simples), eczéma allergique qui nécessite l'arrêt du traitement. Plus exceptionnels sont les céphalées et les vertiges et l'apparition, chez la femme, d'une hyper-pilosité au niveau de certaines régions du corps. Ces troubles disparaissent après interruption ou diminution du traitement. Enfin, le minoxidil ne devrait pas être utilisé chez les individus qui présentent une hypertension artérielle et surtout une migraine vraie ou des troubles cardiovasculaires.

6. Quelle efficacité peut-on en espérer avec le minoxidil ?

Paradoxalement, le minoxidil accentue la chute de cheveux pendant les quatre premières semaines de traitement, selon un phénomène logique d'élimination des cheveux télogènes (cheveux déjà morts). La normalisation de la chute se fait aux alentours de la sixième semaine si la dose prescrite correspond à l'intensité de la perte de cheveux. Enfin, on note une augmentation du diamètre des cheveux, perceptible dès les 3e-6e mois. La normalisation de la chute et l'augmentation du calibre des cheveux peuvent être contrôlées par le patient lui-même à l'aide du test de traction et par comparaison de photos successives.

7. Peut-on prescrire le minoxidil à la femme ?

Différents récents travaux ont confirmé qu'il était possible de prescrire le minoxidil aux femmes présentant une chute d'origine androgénétique. Les contre-indications sont les mêmes que chez l'homme. L'efficacité antichute et l'effet 'repousse' semblent plus importants chez la femme. Les meilleurs résultats sont obtenus sur les cuirs chevelus où il existe un mélange de cheveux fins appelés « intermédiaires » et de cheveux de calibre normal appelés 'terminaux'. Au bout de 6 à 9 mois de traitement, les cheveux fins deviennent plus épais et donnent donc un effet couvrant à la chevelure. Il est parfois possible d'obtenir un résultat suffisant en appliquant une dose quotidienne de minoxidil inférieure à celle prescrite chez l'homme.

8. Peut-on arrêter le traitement au minoxidil ?

Il est toujours possible d'arrêter un traitement au minoxidil. Certes, une rechute apparaîtra 4 à 6 semaines après. Il semblerait néanmoins que le "capital cheveu" se soit moins amenuisé qu'en l'absence de tout traitement.

9. La lotion minoxidil à 5% est-elle plus efficace que celle à 2 % ?

De nouveaux travaux visant à augmenter l'efficacité et la tolérance du minoxidil, ont conduit à la mise au point d'une nouvelle forme dosée à 5%. Les expertises ont justifiées l'agrément de ce produit par les autorités sanitaires de différents pays dont la France. Dans une étude contrôlée, randomisée en double aveugle, les essais cliniques ont prouvés un gain d'efficacité (45%) par rapport au minoxidil à 2% et au placebo. L'effet anti-chute est dès la 6ème semaine, 3 fois plus efficace avec cette nouvelle formule qu'avec celle à 2%. La repousse obtenue dès le 2ème mois, versus 4 mois pour la forme à 2%, soit un gain de temps important.

10. Existe-t-il des effets secondaires liés au minoxidil à 5% ?

Les effets secondaires du minoxidil à 5% sont minimes et se limitent à une irritation du cuir chevelu, probablement plus liée à l'excipient qu'au principe actif, puisqu'elle était retrouvée avec la même fréquence pour le placebo. On constate également que l'absorption transcutanée du minoxidil à 5% est faible et sans conséquence majeure sur le plan général, car la plus forte concentration sanguine de minoxidil relevée était en moyenne de 2,2 ng/ml avec la forme à 5%. A titre indicatif, il faut un minimum de 21,7 ng/ml après absorption orale pour observer un effet hémodynamique.

11. Les contre-indications sont-elles identiques dans les deux sexes ?

La prescription de minoxidil chez la femme obéit aux mêmes contre-indications avec, néanmoins, une seule particularité : l'apparition parfois d'une pilosité des bajoues, du front, des membres… En fait, ce processus n'est pas du tout inquiétant pour deux raisons : d'une part, parce que cette pilosité disparaît complètement en réduisant les doses de minoxidil ; il faut donc rassurer la patiente pour lui éviter d'avoir recours aux épilations électriques ou à la cire. D'autre part, cette pilosité ne témoigne pas d'une virilisation, car ce ne sont pas les mêmes poils qui sont stimulés : Ce sont ceux que l'on observe chez les nourrissons et appelés "lanugo"


Comment se faire implanter des cheveux sur Paris, combien coûtent les implants capillaires

Médicaments contre les chutes de cheveux

1. Existe-t-il des vitamines spécifiques qui interviennent sur la croissance du cheveu ?

Nous pensons qu'il n'est pas inutile, dans certains cas de chute capillaire de l'homme ou de la femme, de prescrire 1 à 2 cures par an de 2 à 3 mois de prise orale ou injectable de vitamines, d'acides aminés soufrés, etc... Des études personnelles comparatives contre un placebo avec contrôle de l'effet anti-chute par trichogrammes et phototrichogrammes, ont montré un effet significatif et satisfaisant dans environ deux tiers des cas. Il s'agissait :

  • Soit de vitamines injectables en intramusculaire : vitamine B5 ou acide pantothénique ou Bépanthène, de vitamine H ou Biotine,
  • Soit de gélules contenant, en plus des vitamines précédentes, un mélange de méthionine, de cystine, et de vitamines B2, B6, E.

    VITAMINES ET ACIDES AMINES ANTICHUTE CAPILLAIRE
    Produit Mode administration Laboratoire
    Anacaps® antichute 2 capsules/j x 3 mois Ducray
    Bépanthène® comprimés 3 comprimés/j x 6 semaines Roche Nicholas SA
    Biotine Roche® comprimés 3 comprimés/j x 6 semaines Roche Nicholas SA
    Bépanthène + Biotine Roche® injectables 1 ampoule de Biotine + 2 ampoules de Bépanthène, en IM, 3 inj/semaine x 6 semaines Roche Nicholas SA
    Cystine B6 Bailleul® 4 comprimés/j x 6 à 8 semaines Bailleul
    Ecophane® 1 sachet/j x 2 mois Biorga
    Forcapil® 2 gélules, 3 fois/j x 15 jours Ferrier
    Gel-Phan® gel soluble 1 sachet/j x 3 mois Pierre Fabre Dermatologie
    Gélucystine® 2 à 4 gélules/j x 2 mois Jolly-Jatel
    Lobamine-Cystéine® 4 à 6 gélules/j x 6 à 8 semaines Pierre Fabre Dermatologie
    Nutricap Capiléine Proactive® 2 capsules/j x 2 mois Yves Ponroy
    Onobiol capillaire® 2 dragées/j x 3 mois Onobiol
    Silettum® 2 gélules/j x 3 à 6 mois Jaldes
    Totéphan® poudre 1 sachet/j x 2 à 3 mois Expanscience
    Trichobiol® cheveux et ongles 2 gélules, 2 fois/j Therasophia

    (d'après P Bouhanna, Garder et Retrouver ses cheveux, les nouveaux traitements, Éditions MED'COM)
2. Quelles sont les indications de la mésothérapie ?
 
La conception de ce traitement est simple, puisqu'il s'agit d' injecter à la surface du cuir chevelu, à l'aide de minuscules aiguilles, les produits vitaminiques et vaso-dilatateurs. Le caractère parfois douloureux de ces multi-injections peut être atténué par l'injection sans aiguille, sous pression.
Selon l'intensité de la chute capillaire à stabiliser, 1 à 2 séances hebdomadaires sont effectuées pendant 6 semaines en moyenne. Bien que les confirmations scientifiques soient encore incomplètes, il semble que le traitement puisse stabiliser certaines chutes capillaires anormales de l'homme ou de la femme.
Il faut signaler un nouvel instrument en forme de pistolet permettant une injection moins douloureuse, sous pression, sans utilisation d'aiguilles. De plus, cet appareil en inox est complètement stérilisable.

3. Comment les traitements hormonaux doivent-ils être prescrits chez la femme jeune ?

Les traitements hormonaux sont prescrits lorsque la chute est assez importante pour provoquer un dégarnissement.
Ils associent un oestrogène à un antiandrogène ou un progestatif pendant vingt jours avec une interruption de huit jours (tableau VIII). Les pilules qui contiennent de la 19 nortestostérone doivent être abandonnées.
Le traitement peut aussi se faire avec une des nouvelles pilules (Diane 35, Tri-Minulet, Phaeva, Divina...).

Une surveillance adaptée par un médecin est nécessaire.
LES MEDICAMENTS HORMONAUX
Effet Hormone Produit Présentation
Ostrogénique Estradiol Ostrogel® Gel pour application cutanée

Estradiol Estraderm TTS® Timbre (administration transdermique)

Estradiol Progynova® Comprimés
Anti-androgénique Acétate de cyprotérone Androcur® Comprimés

Spironolactone Aldactone® Comprimés
Ostroprogestatif Estradiol + gestodène Avadène® Comprimés

Ethinylestradiol + norgestimate Cilest®, Effiprev® Comprimés

Ethinylestradiol + désogestrel Mercilon®, Cycléane® Comprimés
Progestatif Dydrogestérone Duphaston® Comprimés

Acétate de chlormadinone Lutéran® Comprimés

Progestérone Utrogestan® Comprimés

Promégestone Surgestone® Comprimés

Acétate de normégestrol Lutényl® Comprimés
Ostrogénique + anti-androgénique Ethinylestradiol + acétate de cyprotérone Diane 35® Comprimés

Ethinylestradiol + drospirénone Jasmine® Comprimés
(d'après P Bouhanna, Garder et Retrouver ses cheveux, les nouveaux traitements, Éditions MED'COM, sous presse)

4. Quels sont-les traitements hormonaux préconisés chez la femme âgée ?

Beaucoup de médicaments utilisés sont identiques à ceux de la femme jeune. Lorsque commence la pré-ménopause, après un an de règles irrégulières environ, un traitement hormonal substitutif peut être prescrit.
Il faut savoir que ce traitement, qui associe un oestrogène naturel à un progestatif non androgénique ou à un anti-androgène, agit sur tout l'organisme :

  • au niveau des os qui se fragilisent avec l'âge (ostéoporose)
  • au niveau de la peau qui vieillit
  • au niveau psychiatrique avec amélioration d'un phénomène dépressif
  • la chevelure n'étant qu'un des éléments de ce processus dégénératif.
  • Le traitement substitutif ne peut être envisagé qu'après un bilan médical rigoureux permettant d'éliminer toutes les contre-indications.

5. Est-ce que le traitement hormonal peut être parfois déconseillé ou interdit chez certaines femmes ?

Le traitement hormonal est en effet interdit au cours de certaines maladies comme les cancers du sein et de l'utérus et les atteintes graves du foie.
Dans d'autres circonstances, la prudence s'impose.

C'est le cas des femmes présentant, entre autres, des tumeurs bénignes (non cancéreuses) du sein, un fibrome utérin, ou une insuffisance rénale, certains troubles circulatoires (varices) ou des troubles lipidiques (hypercholestérolémie).

6. Quels sont les médicaments actuellement disponibles pour traiter l'alopécie androgénétique ?

Nous distinguerons l'alopécie de l'homme de celle de la femme :

  • Chez la femme, les médicaments susceptibles de ralentir le processus alopéciant ou de stimuler une certaine repousse capillaire sont la lotion minoxidil à 2 % et la prise per os d'anti-androgènes tels l'acétate de cyprotérone et ce, en l'absence de contre-indications.
  • Chez l'homme, les médicaments susceptibles de produire les mêmes effets sont la lotion minoxidil à 5 % et/ou la prise de comprimés de finastéride à 1
 cheveux, medicaments chutes cheveu, lutter contre la chute de cheveux avec des medicaments

Autres causes de chute de cheveux

1. Les chutes de cheveux d'origine non androgénétique sont-elles toujours définitives ?

Tout dépend de la maladie responsable. Certaines, comme la pseudo-pelade (ou alopécie cicatricielle) détruisent entièrement la racine, ne laissant aucun espoir de repousse. Seule la chirurgie peut alors corriger les dommages. Des traitements médicaux spécifiques par voie locale et générale peuvent stabiliser l'évolution si l'étiologie est une maladie de type lichen ou lupus érythémateux chronique.

Dans d'autres cas (comme la pelade), les racines restent présentes dans le cuir chevelu, mais ne fabriquent plus la kératine qui constitue la tige. Les traitements ont alors pour but de stimuler la repousse de ces cheveux 'endormis'. Enfin, dans les alopécies après manipulation de coiffure, les cheveux sont souvent cassés au-dessus de leur émergence, mais conservent des racines intactes et continuent donc à croître.

Il est cependant des situations où les racines sont extirpées par des tractions violentes. le renouvellement des cheveux peut, à la longue, s'épuiser et le dégarnissement devenir définitif.

2. Les régimes amaigrissants jouent-ils un rôle dans les chutes anormales des cheveux ?

Les déséquilibres alimentaires, souvent provoqués par les régimes amaigrissants ont un effet néfaste sur les cheveux et les fragilisent d'autant plus que sont associées certaines médications. Heureusement, les cycles pilaires se normalisent habituellement quelques mois après le rétablissement d'une alimentation 'normale'.

3. Quelle est l'explication des chutes de cheveux survenant après l'accouchement ?

La grossesse peut être source d'inquiétude, voire d'angoisse, chez des femmes qui ont déjà perdu leurs cheveux par le passé et conservé un léger dégarnissement ou qui en connaissent des exemples dans leur famille. En fait, la grossesse a, pendant toute sa durée, un effet très favorable sur la chevelure.

Le problème apparaît dans les semaines qui suivent l'accouchement, lorsque se rétablit un "rééquilibre" des fonctions hormonales. Il faut cependant savoir qu'il est aujourd'hui possible de prévenir ou au moins d'atténuer, par des traitements locaux et généraux, les chutes de cheveux survenant après l'accouchement : minoxidil, pilule hormonale, vitamines en comprimés ou en lotion.

4. Est-ce qu'une chute de cheveux est inéluctable après la grossesse ?

Non. Les chutes importantes, voire le dégarnissement ne sont pas systématiques. Elles sont évidemment liées aux mêmes prédispositions génétiques déjà évoquées.

5. Comment peut-on reconnaître une chute de cheveux anormale ?

Une manière sûre mais grossière de reconnaître le caractère anormal d'une chute de cheveux est le test de traction qui est pratiqué sur un cuir chevelu non lavé depuis 3 jours.

Une touffe d'une dizaine de cheveux est tirée en trois endroits du cuir chevelu (la chute est considérée comme anormale lorsque plus de 2 cheveux de la touffe viennent facilement à la traction, chaque cheveu représentant une croix). Les résultats sont exprimés de 0 à 3 croix. L'examen est bien sûr affiné par la réalisation d'autres investigations.

Il faut également garder à l'esprit que le nombre de cheveux perdus doit toujours être rapporté à la chevelure totale. Ainsi, on peut dire par exemple qu'une chute de 100 cheveux par jour pour un total de 100 000 cheveux est tout à fait normale. Seuls les examens spécifiques comme le trichogramme et le phototrichogramme peuvent apporter une réponse précise à cette question. g

uhanna,pierre bouhanna